Les transports

Au Juch, comme partout en France, si l’on fait le point sur l’évolution des moyens de transport on remarque qu’il y a deux grandes périodes avant le chemin de fer, et après l’arrivée du train.

Avant les chemins de fer

Les seuls moyens de locomotion étaient la marche à pied et le cheval. Il y avait assez peu de véhicules du fait du manque des routes et de leur mauvaise qualité.
Au Juch, les grands déplacements consistaient à se rendre au service militaire et aux pèlerinages. Les déplacements à Remungol et Saint -Tugen étaient fréquents. On se rendait aussi aux foires et aux marchés dont l’importance économique se mesurait aux édifices religieux, ex Ste Marie du Ménez-Hom et Kergoat.

L’arrivée du chemin de fer

Coïncide avec l’avènement de l’âge d’or du cheval comme animal de trait dans les fermes. A partir de la seconde moitié du XIX ème siècle, les actes de donation montrent l’augmentation du nombre de chevaux au service des exploitations, au détriment des paires de bœufs qui servaient de bêtes de trait. Le cheval permettait le déplacement des personnes et le transport des marchandises, entre autres, au moulin.
Dans quelques fermes, il y avait une voiture anglaise servant uniquement au déplacement de personnes. Il y en avait très peu au Juch.
Lors des mariages, les mariés étaient conduits au bourg par un cortège de chars à bancs. L’emplacement dans le cortège devait suivre un protocole. Le plus proche voisin devait obligatoirement ouvrir le cortège.
Les produits des fermes du Juch, beurre, fruits, légumes étaient vendus au marché de Douarnenez deux fois par semaine.

A cette même période

On a connu les premiers camions qui provenaient des surplus de l’armée américaine et dont les roues étaient à bandage de caoutchouc. Avant la guerre de 1939, les camions amenaient aux agriculteurs des amendements marins de sable et maërl.
A l’issue de la Grande Guerre, des entreprises de transport de voyageurs se créent dans presque toutes les communes, sauf dans celles desservies par le chemin de fer où ce dernier a en effet le monopole du transport. Les cars PLIQUET de Gourlizon datent de cette période. Les agriculteurs qui n’avaient pas leur propre véhicule se servaient de ce moyen de transport pour se rendre à la foire. Les marchandises à vendre ou acheter étaient transportées dans les soutes, sur la galerie du car ou dans la remorque (porcelets, volailles, etc.…) ce qui laisse des images assez pittoresques

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider